RADICAL - Projet Chorégraphique

Processus de recherche somatique à Pasteur

Depuis Octobre 2013

Conception et direction : Simon Queven
Interprètes : Simon Queven, Jah Egreguis, Laina Fischbeck
Processus de recherches : Juin 2014 – septembre 2015
Processus d’écriture : octobre 2015 – mars 2016
Production TNA avec le soutien du Collectif Danse Rennes Métropole.
Recherche de partenariat en cours

RADICAL est un processus chorégraphique qui explore les racines neuronales, hormonales et linguistiques du mouvement pour faire émerger un langage invitant les corps à la danse et à la transe

Temps de recherches et d’échanges avec les habitantes du projet Danser sa ville ! Film réalisé par Richard Volante en juin 2014
Collectif Danse Rennes Mét
ropole.

La naissance du processus

Le processus de réflexion du chorégraphe Simon Queven commença en novembre 2013 avec la lecture de l’édito du festival Mettre en Scène : RADICALITÉ

« L’affirmation d’une radicalité par une institution publique comme le TNB me stimula intellectuellement. Cela m’interrogea sur le sens du mot, sur l’enjeu de son utilisation, pour devenir une véritable nécessité de recherche et de création.

Pour cela, il me fallut retourner à la racine, au RADICAL, qui est un mot plus libre, plus ouvert. Il laisse le temps d’explorer ce qui appartient à la nature profonde du corps humain, à l’essence de son mouvement. Il invite aussi à l’action énergique, en poussant les limites du corps jusqu’à la transe, afin de combattre nos peurs et nos souffrances.» Simon Queven

Pour cette création, il s’est entouré de deux artistes passionnés et engagés, la danseuse Laina Fischbeck et le performeur Jah Egregius.

Le processus de création se déroulera en deux étapes. Tout d’abord, un processus de recherche somatique, jusqu’en septembre 2015, afin d’explorer les racines du mouvement. Puis un processus d’écriture, qui s’organisera sur la saison 2015-2016, en fonction des partenaires et des coproducteurs.

C’est par le temps et la recherche que ce processus chorégraphique pourra suivre et tenir son ambition poétique.

Un processus de recherche

Le processus chorégraphique débuta en juin 2014 au Collectif Danse Rennes Métropole. Cette résidence mit en lumière la nécessité d’un temps de recherches et d’explorations somatique approfondi, pour véritablement plonger dans le corps humain, son architecture et son mouvement.

Jusqu’en septembre 2015, une longue période de recherche sera consacrée à l’étude des racines du mouvement humain.

Nous sommes actuellement à l’Université Foraine, pour une recherche sur le squelette et les chaines musculaires. Une sortie d’étude sera organisée en janvier 2015. Puis du 2 février au 2 mars, Simon Queven fera un voyage d’études au Benin, pour ouvrir des pistes autour de la transe et du vaudou. À partir de mars, nous aimerions créer des ponts avec l’Université de Rennes 1, afin de dialoguer avec des chercheurs autour de nos protocoles expérimentaux. Au printemps, un temps de résidence s’organisera dans un espace naturel, nous pensons notamment à Au Bout du Plongeoir.

Protocole de la recherche

Une exploration somatique

Pour explorer les racines neurologiques du mouvement, nous partirons d’analyses physiologiques et de cartes anatomiques (os, muscles, ligaments, viscères, système vestibulaire, nerveux et sanguin) afin d’explorer visuellement et intellectuellement l’architecture du corps, l’organisation de notre intérieur. Puis nous voyagerons dans ce savoir, en dirigeant notre attention, pour mettre en mouvements notre corps et réorganiser notre feed-back sensoriel.

Cette première étape est une forme de reconditionnement, en activant des boucles sensorielles et moteurs au niveau des ligaments et de l’articulation de chaque vertèbres, afin de ressentir le poids, le volume et l’élasticité du cerveau, des viscères et de la colonne vertébrale.

Cette recherche est influencée par différentes expériences et pratiques corporelles, comme le Body-Mind Centering, la technique Feldenkrais, l’Ashtanga yoga et le Zazen. Elle se nourrit aussi de nombreuses lectures sur la neurophysiologie, la biologie moléculaire et l’anatomie expérimentale.

L’idée de base de la recherche est de faire évoluer les cartes sensorielles et moteurs présentent dans le cerveau, de créer de nouvelles connections et intégrations entre les neurones par le jeu et le mouvement.

Une exploration par la voix

Dans la continuité de cette recherche, nous plongerons dans le monde des hormones et du langage, pour explorer les enjeux et les possibilités de communication entre trois humains. Avec un protocole cartographique et expérimental, autour de la conscience respiratoire et de la circulation sanguine, nous mettrons nos voix en vibration avec le sentiment profond de soi. Puis par le langage, nous perturberont cette écoute afin de jouer avec nos tensions émotionnelles et nos humeurs.

Cette deuxième étape est une montée en énergie des corps, aux frontières de l’articuler et du chimique, afin de questionner les racines de la communication humaine, et notamment les enjeux de pouvoir, de discours, de dominations, de soumissions et d’amours.

Un processus d’écriture

Cette année de recherche fondamentale sur les racines du mouvement structurera un langage interne et profond entre les trois interprètes. Cette communication et cette confiance permettront de pousser les corps jusqu’à la transe, que nous envisagerons comme : une dilatation de la conscience, par ondulations et répétitions ; une interaction de nos mémoires ancestrales avec le mouvement de la Terre ; une libération des tensions émotionnelles et des peurs.

Tous processus de mise en transe nécessitant une communauté, nous interrogerons aussi l’organisation et les codes de la communauté éphémère, que forme l’audience à chaque spectacle. L’enjeu étant d’ouvrir au maximum les interactions entre le public et les interprètes.

Les conditions de présentations et la durée de cette performance restent pour le moment totalement ouvertes. Cela se précisera lors des temps de recherches et s’affirmera lors des temps d’écriture.

Ce processus s’amorcera à l’automne 2015, pour s’écouler sur l’année 2015-2016 (production en cour). La diffusion de RADICAL étant envisagée sur la saison 2016/2017.